Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Isolés du monde (Le village évanoui)

En mars de l'année dernière est sorti sur les écrans un film autrichien remarquable, malheureusement fort mal distribué et peu vu : Le mur invisible. Son sujet : une femme se retrouve seule dans un chalet en pleine forêt, séparée du reste du monde par un mur invisible au-delà duquel toute vie semble s’être pétrifiée durant la nuit. Dans Le village évanoui, Bernard Quiriny reprend cette idée en l'étendant à un village entier, désormais coupé du monde extérieur, sans possibilité de savoir s'ils sont les derniers survivants sur la terre ou simplement exclus de l'humanité pour une raison mystérieuse. C'est peu de dire que l'auteur belge fait son miel d'un tel thème lui donnant des allures de fable aux multiples aspects. Sous forme de prescience de notre avenir quand les ressources naturelles seront taries ? Oui ! De critique de la mondialisation et de notre addiction à toutes les technologies ? Aussi ! Que d'interprétations possibles dans ce livre relativement court (218 pages) mais dense et touffu. Les rebondissements ne manquent pas dans ce roman qui va jusqu'au bout de sa logique. La survie est problématique quand les denrées s'épuisent, la démocratie bat de l'aile, la sécession menace, l'église fait le plein, des sectes apparaissent ... Au bout d'un certain temps, on peut craindre un enlisement de l'intrigue vu que celle-ci se déroule en vase clos. C'est mal connaître Quiriny qui trouve une porte de sortie astucieuse tout en laissant planer le mystère. Avouons-le, le style n'est pas renversant mais quel conteur !

 

9782081290310FS.gif



27/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres